French

Guerre en Ukraine : « C'était une fille de 14 ans, elle avait les yeux injectés de sang et elle m'a dit : “Sauve-moi” » – Le Monde

Consulter
le journal
Marine Le Pen vise 60 députés, les dissidents du Parti socialiste cherchent à s’organiser : l’actualité politique du 13 mai
Jean-Luc Mélenchon ne sera pas candidat aux législatives à Marseille, Eric Zemmour se présente dans le Var : l’actualité politique du 12 mai
Ensemble, Nupes, RN, LR : qui sont les candidats aux législatives dans votre circonscription ?
« Une pratique plus contractualiste de la Constitution est possible »
« Chaos » des chaînes logistiques, pénurie de matières premières… Michelin au bord de la paralysie
Après des bénéfices record, SoftBank enregistre une perte… historique
Indemnisation d’un accident de la route : quand l’avocat réclame plus de 500 000 euros d’honoraires
Management : « Le développement de l’autonomie conférée aux salariés offre une liberté en trompe-l’œil »
Prisonniers russes torturés : des vidéos vérifiées par « Le Monde » mettent en cause un bataillon de volontaires ukrainiens
Comment Frontex a maquillé des renvois illégaux de migrants, au large de la Grèce
Face à la sécheresse, des projets pilotes pour recharger les nappes phréatiques françaises
Pourquoi l’armée russe a-t-elle tant de mal à progresser en Ukraine ?
La mort d’une journaliste et l’exigence de la vérité
En remettant en cause le droit à l’avortement, les Etats-Unis cessent d’incarner la liberté
Les ambiguïtés du pape François sur la guerre en Ukraine
Annick Girardin : « Face à l’urgence écologique, nous devons être des gens de mer, en collectif »
Avec « La vengeance est à moi », en 1979, Shohei Imamura remonte aux racines du mal
« Cent Ombres », de Hwang Jungeun : quand ton ombre s’est levée
« Le Tango dans tous ses états » et dans tout son éclat sur France 3
Au Lido, une page se tourne : les revues à plumes, c’est terminé, le cabaret parisien va devenir une salle de spectacles musicaux
Sous le kitsch de l’Eurovision, la géopolitique
« Cette actrice née avec un chef-d’œuvre » : la vraie vie d’Adèle Exarchopoulos
S’aimer comme on se quitte : « Un jour, je réponds à sa violence physique. Je sens que nous allons nous entre-tuer »
Le mafé de Mory Sacko : « Je pense toujours à maman quand je le prépare »
Services Le Monde
Services partenaires
Service Codes Promo
Suppléments partenaires
Konstantin Gudauskas, un militant des droits humains kazakh, a secouru des dizaines de victimes de viol dans la région de Boutcha.
Par
Temps de Lecture 3 min.
Article réservé aux abonnés
Le 24 février, 5 h 30 du matin. Konstantin Gudauskas est réveillé par des explosions. De son appartement dans la ville de Boutcha (nord de l’Ukraine) donnant sur l’aéroport d’Hostomel, il voit des hélicoptères russes se poser sur le tarmac. « Je n’en croyais pas mes yeux », explique ce producteur de vidéoclips avant la guerre, qui a des origines kazakhes et lituaniennes. Ce matin-là, il s’est fait du café et a appelé ses amis avec une question : « Qu’est-ce que je dois faire ? » Finalement, une copine lui a demandé d’aller chercher la famille d’un militaire ukrainien important dans une ville du nord. « La Russie recherche cette famille et si elle tombe entre ses mains, cela va faire très mal à l’Ukraine », lui a dit son amie.
Konstantin Gudauskas, âgé de 39 ans, n’a pas hésité. Malgré les bombes, il a rejoint la localité. Il a demandé à la femme enceinte du militaire ukrainien en question et leurs enfants de brûler tous leurs documents, les a pris dans sa voiture et est parti vers Kiev. Sur la route, aux soldats russes qui les ont contrôlés, il a montré ses papiers kazakhs, présentant ses passagers comme les membres de sa propre famille. « J’ai dit aux Russes que j’étais un Kazakh vivant à Kiev et que j’étais allé chercher ma femme et mes enfants et qu’ils n’avaient pas leurs papiers sur eux et cela a marché » , raconte l’homme, rencontré début mai à Boutcha, alors qu’il distribuait de la nourriture aux habitants, revenus dans la ville détruite.
Après cette première opération réussie, il a continué les évacuations, jusqu’à la libération de Boutcha, le 30 mars. Ces allers-retours lui permettaient aussi de ramener de la nourriture et des cigarettes aux habitants. L’homme a négocié âprement chaque évacuation avec les soldats russes, jusqu’à mettre parfois sa vie en péril. Aux militaires, il disait : « Mes passagers sont des enfants et des gens âgés. Les enfants ne sont responsables de rien et les vieux n’ont pas beaucoup de temps devant eux. Vous êtes chrétiens, moi aussi. Faites une bonne action. Laissez-nous passer. » En tout, Konstantin Gudauskas a évacué 203 personnes. Parmi elles, le Kazakh a répertorié 173 cas d’agressions sexuelles ou de viols sur les femmes, les hommes et les enfants.
La première fois qu’un récit de viol est parvenu à ses oreilles, il n’a pas pu dormir de la nuit. Dès le lendemain, il a compris qu’il fallait tout documenter dans cette guerre. L’homme a donc commencé à enregistrer les témoignages des Ukrainiens qu’il évacuait, à photographier les gens qu’il enterrait. Une pratique à laquelle il n’était pas étranger, car avant d’être contraint à l’exil en Ukraine, en 2019, Konstantin Gudauskas a été journaliste et militant des droits humains au Kazakhstan, pays prorusse. Sur sa page Facebook, il s’est mis à relater les sévices subis par les Ukraniens.
Il vous reste 48.68% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.
Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.
Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois
Ce message s’affichera sur l’autre appareil.
Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.
Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).
Comment ne plus voir ce message ?
En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.
Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?
Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.
Y a-t-il d’autres limites ?
Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.
Vous ignorez qui est l’autre personne ?
Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.
Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.
Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.
Consultez le journal numérique et ses suppléments, chaque jour avant 13h.
Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner.
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies lors de votre navigation sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de 500 journalistes qui vous apportent chaque jour une information de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Newsletters du monde
Applications Mobiles
Abonnement
Suivez Le Monde

source

Leave a Comment